Mini-Zoom des ESJ durant le confinement

Ce mini-zoom prend en considération la période de confinement, du 16 mars au 11 mai 2020. Quinze ESJ ont répondu à cette enquête.

Données quantitatives :

Durant le confinement, 52 professionnel(le)s des Espaces Santé Jeunes de France (ESJ) ont œuvré pour accompagner les adolescents et jeunes adultes dans cette période si inédite. Cela représente une moyenne de 3,47 ETP par ESJ.

80% de ces professionnel(le)ss étaient en télétravail et 20% en travail sur site.

Si 2061 consultations et entretiens téléphoniques ont été réalisés, 4 accueils présentiels d’urgence ont permis de solutionner des situations complexes. Au sein de ces consultations, 188 jeunes n’étant pas connus d’un ESJ avant la période du confinement ont été accompagnés par les professionnel(le)s mobilisé(e)s.

Enfin, aucune action collective n’a été réalisée afin de respecter les réglementations dues à la période.

Données qualitatives :

Avec l’arrivée du confinement, certaines difficultés nouvelles se sont révélées :

- Pour deux ESJ municipaux (Gennevilliers et Nanterre), les professionnel(le)s ont dû jongler en présentiel entre missions ESJ, création d’une cellule psychologique de crise, missions en centres de santé et en centre Covid. Une complète réorganisation était donc nécessaire, devant de surcroît tenir compte des protocoles sanitaires nécessaires à la sécurité du public et des professionnel(le)s. Cela a forcément mis à mal l’équipe qui se retrouvait dispersée sur différents sites. Une fatigue due à la longueur de la période, à des plannings parfois au jour le jour et au stress induit par la maladie a par ailleurs été collectivement exprimée.

- Le Personnel Croix-Rouge de l’ESJ de Saint-Martin ayant été redéployé sur des missions d’aide alimentaire d’urgence, l’activité de la structure a été fortement impactée.

- Pour les professionnel(le)s en télétravail, une difficulté à maintenir le contact avec certains jeunes, à faire évoluer des situations ou à faire passer des messages de prévention ont été repérées. Certains jeunes ont malheureusement été perdus de vue durant cette période. Pour certains ESJ, la fermeture des locaux a d’ailleurs nécessité une véritable réflexion afin de solutionner la perte d’un numéro de téléphone ou de logiciels métiers représentant les seuls moyens de contact avec les jeunes.

- Qu’il s’agisse de travail sur site ou de travail, les orientations vers les partenaires ont été une véritable problématique : d’une part par l’impossibilité de mouvement (des jeunes ou des professionnel(le)s et d’autre part par un manque de coordination et de connaissance des modes de fonctionnements des partenaires.

- Certains ESJ comme à Lyon ont eu des difficultés à relancer certains outils numériques faute de financement ou à trouver de nouveaux outils numériques personnels

- En termes de vécu, certain(e)s professionnel(le)s ont ressenti des difficultés de ressentir l’angoisse ou le mal-être des jeunes depuis leurs domiciles.

- Enfin, le déconfinement et la nécessité d’une nouvelle organisation d’accueil présentiel des jeunes respectant les protocoles de protection sanitaire a été une véritable problématique. Ce sujet a été abordé via une rencontre nationale d’échanges de pratiques de la FESJ le 20 mai dernier via le logiciel Zoom.

Malgré ces difficultes, les Espace Santé Jeunes ont tout de même su faire preuve de créativité et d’adaptation en proposant de nouveaux services ou de nouvelles modalités d’interventions :

- Créations de cellules d’écoutes psychologiques tout public (jeunes, adultes soignants)
- Utilisation du numéro téléphonique de l’ESJ pour un ensemble de services au public (ESJ, cellule psychologique, urgences IVG/Grossesse/Gynécologie, orientations Covid)
- Distributions alimentaires ou de matériels de première nécessité pour les publics précaires
- Mise en place de parcours de soins privilégiés et coordonnés pour les plus précaires
- Mise en place de plateformes de bénévolats pour les publics ayant besoin de services présentiels (courses, pharmacie, accompagnement à des rendez-vous médicaux, etc.)
- Mise en place de visio-consultations ou de consultation téléphoniques
- Création de pages facebook, instagram, telegram et autres réseaux sociaux afin de maintenir le lien avec les jeunes déjà connus et créer de nouveaux liens
- Création de magazines numériques proposant au public des articles et tutoriels adaptés
- Mise en place de questionnaires pour les jeunes et les parents afin d’évaluer les besoins post-confinement du public ainsi que leur vécu du confinement
- Amplification des horaires d’accueils téléphoniques spontanés pour s’adapter aux besoins des jeunes

La Fédération des Espaces pour la Santé des Jeunes remercie sincèrement les professionnel(le)s des ESJ mobilisés durant cette période. Leur capacité d’adaptation, leur créativité et leur force aura permis de continuer à accomplir leur vocation : accueillir, soutenir et accompagner les jeunes.

Bravo à vous !